Le tat et le gARage

présentent

«FACE DE CUILLÈRE»
de Lee HALL
mise en scène Bernard CHANTEUX
avec Fanny Eychenne


Samedi 20 Octobre 2007 à 20h30, 52 spectateurs ont vibré devant "face de cuillère".
Un repas a réuni 39 personnes à l’issue de la représentation.


Face de cuillère




Journal Ouest France

Vendredi 26 Octobre 2007

Monologue d'une enfant condamnée.

Elle préfère s'évader avec la voix cristalline de Maria Callas plutôt que d'écouter le dernier "boys band" à la mode. Son entourage la dit attardée mais aussi autiste, parce qu'elle montre des dispositions exceptionnelles pour le calcul mental.
Elle, c'est Steinberg, alias "Face de cuillère", surnom donné à sa naissance à sa bouille ronde. Cette pièce de Lee Hall (scénariste de "Billy Elliot" et auteur de "La cuisine d'Elvis") distille les états d'âme d'une jeune fille malade, incarnée avec force par Fanny Eychenne. "J'ai eu un coup de coeur pour ce personnage. Son parler est direct, sans ambages, malgré la gravité du propos" dit l'actrice. Un coup de coeur également pour Bernard Chanteux: "J'ai découvert la pièce quand elle a été éditée et j'ai tout de suite imaginé Fanny dans le rôle. Sans elle, je n'aurais pas monté le projet."
Christophe Feuillet




à propos de...

La pièce et l'auteur :
Sa mère l'a affublée d'un drôle de prénom : Steinberg. Et d'un surnom encore plus étrange : Face de cuillère. Parce qu’à sa naissance elle avait la tête ronde comme lorsque l’on regarde le reflet de son visage dans une cuillère. Autiste, l’adolescente est une virtuose du calcul mental et une adoratrice effrénée de la voix de Maria Callas qu’elle écoute des heures durant, s’identifiant à la Traviata, comme pour se libérer de ses angoisses. Car Face de cuillère sait qu’elle est condamnée par le cancer qui la ronge, comme la tuberculose l’héroïne de l’opéra de Verdi.

Lee Hall est surtout connu pour être le scénariste du film Billy Elliot. Il a aussi écrit La cuisine d’Elvis vu au Théâtre des Ursulines la saison dernière. Monologue poignant, son texte parle, d’une écriture simple teintée d’un humour élégant, de choses dérangeantes et terribles, avec une légèreté de ton remarquable et une lucidité bouleversante : le handicap mental, la souffrance d’un enfant qui sait sa fin prochaine. Loin de tout pathos, il fouille en douceur, avec une extraordinaire compréhension, les profondeurs de l’âme enfantine restant a distance respectable de ce tabou ultime.


Paroles de spectateurs :
« Ce texte-récit qui requiert de la proximité avec la comédienne pourrait faire craindre du « trop pathétique » , mais l'écriture virevoltante, portée par l'énergie de Fanny Eychenne (dans une palette de jeu qui va du farouche au gracieux et au plus délicat), va chercher le spectateur au plus fort de l’émotion, souvent avec humour, et sans voyeurisme.
La mise en scène de Bernard Chanteux, très épurée, renvoie parfaitement aux quatre murs dans lesquels évolue le personnage, et le jeu des lumières donne un juste relief aux moments de désarroi et d'angoisse qui le traversent et font de ce récit autre chose qu'un « texte ».

« Je connaissais le texte: j'ai vu Face de cuiller mis en scène par Bernard Chanteux et cette pièce a totalement fait résonner ce très beau texte par la justesse du jeu de l'actrice et la sobriété de la mise en scène nécessaire à cet écrit. Spectacle à voir de toute urgence ! »


le T.A.T. :
Le Théâtre Artisanal Transgénique est une compagnie nazairienne animée par Bernard Chanteux. Ce n'est pas la première fois que la compagnie ou ses membres se produisent à Château-Gontier. On se souvient de "La Crique" de Foissy, de "Après l'Amour" de Soulier données au Rex, des Sonates lors de la Chalibaude, de "Chute Libre" de Yoland Simon dans ce qui allait devenir la Salle de Réception du Carré, et aussi "Théo" de Bertrand Chauveau, présenté à Ampoigné : du pur bonheur.
Et bien sûr "La Dernière Bande" présentéau gARage en févrer dernier.
On peut sans conteste présenté le T.A.T. comme une référence du théâtre amateur ligérien.


Bernard Chanteux :
C’est un véritable homme des planches. A celles de l’estrade, il leur aura préféré celles de la scène. Jeune instituteur, à Paris, il suit les cours de Georges Wilson au TNP de Chaillot. En banlieue parisienne, il est happé par la lame des théâtres populaires initiée par Jean Vilar et joue sur les scènes de petits bleds, de cités HLM... « Amener le théâtre à portée des gens, c’est vite dit, mais il faut que cette belle idée soit suivie d’actes. Tout le monde en parle, personne n’en fait. » Ceux qui le connaissent savent que Bernard Chanteux, n’a pas la langue dans sa poche. Pas plus qu’elle n’est en bois. Mais ils savent également que l’homme est sincère, ne déroge pas à ses valeurs. Celles du militant associatif, du “trouvère populaire”. Son répertoire n’est pas celui du boulevard couru pas moult troupes de théâtre amateur. « Le public est parfaitement capable de comprendre Beckett, Shakespeare... Il faut lui donner du grain à moudre. » Sans tomber dans l’excès inverse : le répertoire abscons. « Quelqu’un qui ne connaît pas le jazz, tu ne l’amènes pas au free jazz d’emblée ! » Le “populaire” exige aussi d’aller à la rencontre du public. « Faire du théâtre dans un appartement d’une cité, ce n’est pas aisé, mais c’est vachement bien ! » Le public réagit au quart de tour. « S’il avait été assis dans un théâtre classique, il n’aurait pas osé participer. » Et pour le mettre à l’aise, « on paie toujours un coup. Ce n’est pas un bar-buffet pour arrondir la caisse, mais une occasion de rester pour discuter. Et là, dès que tu as deux personnes en train d’échanger sur la pièce, tu as un début de culture. »

D’après ESTUAIRE hebdo.

title Filter     Affichage # 
#
 

Animé par Joomla!.