923 visiteurs sont venus admirer les

TRAINS MINIATURES ANIMES


les 9 et 10 mars 2013 de 14h à 19 h.


Toutes les photos sont ici: Merci François!


ritch 039small ritch 066small

En préfiguration à la mise en service de la plate-forme de fret rail/route, le gARAge présente une exposition de modélisme ferroviaire.
Quoi de plus naturel que de présenter des trains au garage de la gare ?
Trois modélistes-collectionneurs  présentent leurs  trésors. Le public pourra découvrir deux plateaux animés avec des trains Märklin européens et américains manoeuvrant dans des décors à l’échelle HO, soit 1/87ème.

reseaujp2816
Ces dioramas sont  magnifiques, et de plus ils sont filmés par une caméra embarquée dans un des trains !
Et en exclusivité pour cette exposition, la maquette d’une gare typique de l’Ouest de la France, comme celle-de Château-Gontier, est présentée.
Affiches et documents complètent  la visite.

Enfin Jean-Pierre Chesne, Gérard Dufraisse et  Jean-Marie Lautrey sauront faire partager leur passion et leur enthousiasme au public, les grands comme les petits.



Rendez-vous au gARage ,

Les samedi 9 et dimanche 10 mars de 14h00 à 19h00.

Entrée : tarif unique de 2€.

marklnho


avec   fbm

et

logoof

Au gARage, on voyage en trains miniatures - Château-Gontier

samedi 09 mars 2013


Ce week-end, le gARage accueille une exposition de modélisme ferroviaire. Jean-Pierre Chesne, l'un des exposants, nous transporte dans un univers saisissant de réalisme et de détails.

Le train s'apprête à partir. Sur le quai, des hommes et des femmes de tous âges. « Bienvenue en gare de Chesneville ! », lance Jean-Pierre Chesne dans un grand rire. Non loin, une bonne soeur, un supermarché, des travaux. « Tout est reproduit, même les flics ! »

Difficile d'imaginer que cette maquette ferroviaire, constituée de dizaines de bâtiments, de centaines de figurines miniatures et de milliers de petits graviers de voies de chemin de fer, puisse quitter le cabanon accolé à sa maison de Château-Gontier. Jean-Pierre Chesne la déplacera pourtant au gARage, le temps d'un week-end.

« C'est la première fois qu'on fait une exposition de modélisme ferroviaire à Château-Gontier », assure l'homme aux cent trains. Avec Gérard Dufraisse et Jean-Marie Lautray, les trois passionnés présenteront trois genres différents : la gare de Château-Gontier, un réseau américain, et le réseau hétéroclite de Jean-Pierre Chesne.

TGV, Thalys, Trans Europe Express, Pacific Chapelon Nord... Le retraité de 68 ans collectionne depuis toujours les modèles réduits. « Mon père travaillait à la SNCF, en gare du Mans. J'ai eu mon premier train à 10 ans. Et à l'école, je regardais passer les locomotives à vapeur, au lieu de travailler ! »

Depuis, la passion ne l'a jamais lâché. Dans la vie professionnelle, la minutie accompagne ce prothésiste dentaire. « J'aime me concentrer sur le détail. » La maquette présentée au gARage est plus qu'un argument, c'est une partie de sa vie.

La vision de son sous-sol, véritable chasse gardée que seuls sa famille et ses amis connaissent, est presque irréelle. Le réseau électrique envahit une pièce de cinq mètres sur dix, patiemment enrichie depuis près de 25 ans. Jean-Pierre Chesne contrôle plusieurs voies de chemin de fer, à différents niveaux, par un système électrique central connu de lui seul.

Des silos à grains faits de bouteilles de whiskey, des immeubles en plastique imitant les tours de Saint-Nicolas à Laval, des rochers en carton, des chalets ou des haras inspirés des propriétés de copains complètent le tableau.

Mais ce souci des détails n'est pas l'essentiel. « Ce qui compte, c'est que les trains roulent. » C'est là que réside tout le plaisir du Mayennais. Les automatismes du circuit font le reste. Feux rouges, feux verts, éclairage, aiguillages...

Sous ses instructions, le jingle de la SNCF résonne comme si on y était. La fumée se met à s'échapper, la traction des wagons à s'accélérer. De la locomotive, munie d'une caméra embarquée, défilent les graffitis, les paysages et les passages à niveau. Après quelques tours, le train s'arrête dans un rugissement sur le quai de la gare. Le voyage se termine. Déjà. (...)

Tanguy PALLAVER.


 

Maquettes de trains et modèles réduits ont la cote - Château-Gontier

lundi 11 mars 2013


Tout le week-end, il était possible d'observer des maquettes de trains au gARage ou des modèles réduits d'avions et de voitures à la halle du Haut-Anjou. Portraits croisés de ces passionnés de miniatures.

« De quelle manière j'ai commencé à me passionner pour les trains ? Je ne m'en rappelle plus... » Jean-Marie Lautrey, fou de trains miniatures américains des années 60, fouille dans sa mémoire. « Il y a bien eu ce jour. Je prenais le train justement pour aller dans le Sud. Ma correspondance avait du retard : j'ai dû passer quatre heures dans une gare où il y avait une exposition de maquettes de trains. Je dois avouer que cela a été un déclic. »(...)

Aujourd'hui retraité, Jean-Marie Lautrey pourrait parler de trains pendant des heures. « Ils représentent une période de forte croissance, le plein-emploi. À l'époque, il y avait des trains partout. Tout le monde les utilisait car il y avait beaucoup moins de voitures que maintenant. »

Comme tous collectionneurs de trains miniatures qui se respectent, Jean-Marie Lautrey se passionne pour une période définie. « Je m'intéresse aux trains américains des années 60 uniquement : je ne dépasse pas l'année 1962 ! J'aime tout particulièrement les couleurs de ces trains-là. Je m'intéresse aussi à leur histoire. Les conceptions étaient différentes à l'époque : en Europe, un train de marchandises peut atteindre 750 mètres de long. Aux États-Unis, ils étaient longs de 4 kilomètres et pouvaient se déplacer de Los Angeles à Détroit, soit plus de 4 500 bornes ! » (...°

Johann FLEURI.


Articles consultables dans leur intégralité sur http://www.ouest-france.fr.

 

title Filter     Affichage # 
#
 

Animé par Joomla!.